samedi 3 mai 2014

Enfin mai + montée de lait...

Profitant enfin de quelques heures libres en matinée, chose rare avec de jeunes enfants, je voulais en profiter aujourd'hui pour voir si les prévisions de mon ami Pascal Côté à propos des prévisions de migration allaient s'avérer exactes, mais surtout pour ajouter quelques espèces à ma liste annuelle (le Roitelet à couronne rubis observée hier dans ma cour était seulement ma 52e espèce de l'année).

C'est donc en direction du Parc-nature de la Pointe-aux-Prairies que je me suis dirigé ce matin. Avec celui du Bois-de-l'Île-Bizard, ce parc est l'un de mes favoris pour observer les oiseaux à Montréal. Mais ça, c'était avant de me buter à un cadenas à l'entrée du stationnement... Quoi?! Nous sommes au tout début du mois de mai, la meilleure période de l'année pour observer les oiseaux, et la Ville de Montréal ferme à double tour l'accès aux derniers milieux naturels qu'il nous reste?! Si c'est pour contrer le vandalisme, on peut facilement imaginer que quelqu'un d'assez stupide pour vandaliser un parc ne se gênera pas à cause d'un petit cadenas.

Cette pancarte encore présente cette année à l'entrée du parc-nature de
Pointe-aux-Prairies indique pourtant bel et bien que le site devrait être
accessible à partir du lever du soleil, soit 5h30 présentement.

Mais bon, en bon citoyen respectueux des règles, aussi stupides soient-elles, je me suis résigné à rebrousser chemin et à visiter un site un peu moins bon, mais accessible au moins. Direction Jardin botanique!

Arrivé sur place, je trouve facilement une place de stationnement à proximité de l'entrée de la rue Rosemont. En entrant dans le jardin, une affiche impossible à manquer indique qu'à compter du 15 mai, seuls les détenteurs d'une carte Lève-tôt (8$ par année) pourront accéder au Jardin botanique avant 9h00. Décidément, la Ville de Montréal a décidé de faire la vie dure aux ornithologues!

Quoiqu'il en soit, et comme nous ne sommes pas encore le 15 mai, je sillonne pendant environ 90 minutes les divers secteurs du jardin à la recherche de nouveaux arrivants. La récolte est bonne, avec sept nouvelles espèces :

  • Oie des neiges (un voilier d'environ 450 individus; une espèce que je n'observe pas souvent à Montréal);
  • Martin-pêcheur d'Amérique (à l'étang du jardin des Premières Nations);
  • Moucherolle phébi;
  • Hirondelle bicolore (plusieurs, visitent déjà les nichoirs);
  • Troglodyte des forêts;
  • Paruline des ruisseaux (bien en voix en bordure de l'étang de la Maison de l'Arbre);
  • Vacher à tête brune.

Ceci porte donc mon total à 59 espèces observées à Montréal depuis le 1er janvier 2014. Certains observateurs ont déjà franchi le cap de la centaine d'espèces.


C'est bien la première fois que j'observe la Paruline des ruisseaux avant la
P. à croupion jaune, la P. à couronne rousse, la P. noir et blanc ou la P. à
gorge noire!
Ce Renard roux peu farouche ne semblait pas être trop dérangé par ma
présence.
Bruant familier
Grive solitaire