lundi 5 mai 2014

Suivi sur la montée de lait

Samedi dernier, j'écrivais ceci sur ce blogue :
« En entrant dans le jardin, une affiche impossible à manquer indique qu'à compter du 15 mai, seuls les détenteurs d'une carte Lève-tôt (8$ par année) pourront accéder au Jardin botanique avant 9h00. Décidément, la Ville de Montréal a décidé de faire la vie dure aux ornithologues! »
Du même coup, j'ai aussi publié une photo de l'affiche en question sur mon compte Twitter avec un commentaire laissant paraître mon inconfort devant cette nouvelle politique. Il n'en fallait pas plus pour alerter Espace pour la vie, organisme qui chapeaute la gestion du Jardin botanique, qui m'a appelé au bureau ce matin pour me fournir des informations sur le pourquoi de cette politique. On m'a gentiment expliqué que cette décision avait été prise pour contrer les méfaits recensés sur le site en dehors des heures d'ouverture (p. ex. vandalisme, vol de plantes) et le fait que de plus en plus de visiteurs se présentent sur le site avant l'ouverture officielle afin de ne pas payer.

Ceci est tout de même très dommage puisque la carte Lève-tôt n'est disponible qu'aux résidents de Montréal. C'est à vérifier, mais je pense que ni les détenteurs de la carte Accès Montréal, ni même les Amis du Jardin botanique ne peuvent accéder au site sans cette nouvelle carte.

Dans ces conditions, plusieurs clubs d'ornithologie ont mentionné qu'ils allaient retirer le Jardin botanique de leur calendrier d'activités...

Pour eux, ça implique qu'avant chaque excursion au Jardin botanique ils doivent s'assurer que personne n'a oublié sa carte, un irritant dont ces bénévoles se seraient bien passés. Mais ça veut aussi surtout dire qu'ils seront dans l'obligation de faire de la discrimination parmi leurs membres en n'offrant certaines activités qu'à certains d'entre eux. Même les clubs basés sur l'île de Montréal ont des membres demeurant à Longueuil, Laval, Brossard, etc.

C'est aussi un problème pour les ornithologues qui pratiquent de façon individuelle. Imaginons qu'un observateur découvre dans les prochaines semaines une espèce rare (p. ex. Paruline des prés), comme c'est arrivé à plusieurs reprises déjà. Ça implique donc que les ornithologues montréalais ayant déboursé le 8$ pour leur carte Lève-tôt pourront tenter leur chance dans les bonnes heures d'observation mais que les ornithologues qui ne sont pas admissibles devraient attendre à 9h, moment où l'activité des oiseaux commence déjà à diminuer? Frustrations garanties!

Lors des dernières élections municipales, notre nouveau maire a mentionné à plusieurs reprises que la rétention des familles était l'une de ses grandes priorités. On dirait bien que les bottines ne suivent pas les babines. Pour ma part, c'est justement là un irritant qui m'incite à regarder ailleurs, là où on nous permet de profiter des quelques derniers espaces verts.