vendredi 17 novembre 2017

Cap sur Cuba!


Je me rappelle encore de la première fois que j'ai pris l'avion, le 22 décembre 2000. Un voyage de groupe, alors que j'étais étudiant en biologie à l'UQÀM. Destination : Costa Rica! Un coup de foudre pour le pays, mais aussi pour les voyages en général.

Par la suite, j'ai eu la chance de visiter quelques autres endroits : Ouest canadien, Louisiane, Texas, Oregon, Espagne, Gibraltar, Cuba, Mexique, etc.

C'est en 2005 que j'ai pu pour la première fois fusionner ma passion pour l'observation des oiseaux avec mon attrait pour les voyages en guidant un circuit ornithologique dans l'archipel de Grand Manan, au Nouveau-Brunswick. L'expérience s'est répétée en 2008, dans la région de Pointe-Pelée cette fois.

Nous voilà donc neuf ans plus tard, à une des portes d'embarquement de l'aéroport, où je m'apprête à accompagner et à guider un groupe d'ornithologues pour un séjour d'une semaine à Cuba. Dans l'est de Cuba plus précisément. L'agence de voyage J'aime Cuba m'a contacté il y a quoi, environ un an, pour sonder mon intérêt à guider des voyages ornithologiques. En fait, ils avaient déjà approché QuébecOiseaux il y a quelques années, mais à cette époque, j'étais fort occupé à changer des couches...

Maintenant que les enfants sont un peu plus vieux, je pouvais recommencer à y penser. Et ce sera pour moi mon troisième voyage à Cuba.

Dans la prochaine semaine, nous allons visiter des lieux mythiques de l'est de Cuba : les parcs nationaux Alejandro de Humboldt (là où aurait été observé le dernier Pic à bec ivoire sur la planète!) et La Mensura, le delta de Cauto, etc. Durant ce voyage, nous espérons pouvoir observer entre 115 et 125 espèces d'oiseaux, dont au moins une douzaine d'espèces endémiques à Cuba.

Au moment d'écrire ces lignes, je n'ai vraiment aucune idée de mes possibilités de me brancher sur internet là-bas. Si la connexion est bonne, et évidemment, si je peux me trouver un peu de temps libre dans cette semaine qui s'annonce quand même passablement chargée, j'espère publier quotidiennement sur ce blogue un compte-rendu illustré des lieux visités et des espèces observées.

Au pire, si ce n'est pas possible, je publierai ces comptes-rendus à mon retour.

À bientôt! :)

lundi 22 mai 2017

Bilan des Iris matures 2017

Nous étions sur place un peu plus tôt cette année afin d'éviter le trafic (vive le pont-tunnel!), de sorte que nous avons décidé d'entamer notre Grand Défi à 17 h, soit une heure plus tôt que prévu.

Avec les inondations des dernières semaines, nous ne savions pas trop à quoi nous attendre. Oh oui, le niveau de l'eau était encore très élevé. La tour d'observation, qui allait être notre résidence pour les 24 prochaines heures, était accessible. Mais tout autour était sous l'eau. On pouvait même observer un brochet en attente à quelques mètres des piliers de la tour. À ce moment, nous ne savions pas si toute cette quantité d'eau était une bonne nouvelle ou pas pour nous, pour trouver nos espèces d'oiseaux aquatiques.

Vue panoramique depuis la tour d'observation. Les années se suivent mais ne
se ressemblent pas. L'an passé, le marais était déjà très asséché et on voyait
peu le marais.

Pendant la première heure, on enchaîne les espèces au rythme habituel : Chevalier grivelé, Carouge à épaulettes, Troglodyte familier, Paruline jaune, Goéland à bec cerclé, Étourneau sansonnet, Hirondelle bicolore, etc. etc. etc. Pour terminer cette première journée avec 44 espèces et ainsi égaler notre meilleur départ.

Paruline jaune

Grand Héron

Lors d'un Big Sit, on apprend à reconnaître tous les signes nous permettant de
découvrir la présence de nouvelles espèces. Le cri d'alarme du carouge en est un.
C'est immanquable, chaque fois qu'on entend ce cri, on lève les yeux au ciel,
et quand ce n'est pas un Faucon émerillon (photo), c'est une buse, un épervier
ou un pygargue.

Et ça c'est compter qu'à ce stade, nous avons habituellement noté la bécasse et la bécassine. C'est peut-être à cause du froid, mais celles-ci ne seront jamais observées pendant cette édition du Grand Défi.

La nuit s'avère particulièrement froide. On dort tout habillé, avec la veste, la tuque et le foulard dans le sac de couchage. Évidemment, j'ai eu une pensée pour ma mère en regardant les étoiles dans le ciel, d'autant plus que ç'aurait été à ce moment son 60e anniversaire de naissance. Et ça prend du courage, ainsi que la chorale matinale des oiseaux, pour nous faire sortir de ce sac de couchage aux petites heures.

Encore là, on ajoute plusieurs espèces à un bon rythme : Paruline à joues grises, Paruline des ruisseaux, Paruline à calotte noire, Paruline masquée, Goglu des prés, etc. Et même un groupe d'une vingtaine de Bernaches cravants en vol au-dessus de Montréal.

Moqueur chat

Paruline flamboyante

En allant me dégourdir un peu les jambes à l'extérieur de la tour, je vois posé sous une table à pique-nique un oiseau inhabituel pour ce type d'habitat : un Râle de Virginie. Même si le niveau de l'eau se rend à quelques mètres de ladite table, de voir un râle complètement à découvert de cette façon, dans une lumière parfaite, est vraiment une chance inespérée. Je commence à prendre des photos alors qu'un deuxième individu se pointe et tous deux commencent à se nourrir sans vraiment s'inquiéter de ma présence. J'ai même le temps d'aller chercher Denis, Michel et Léa pour qu'ils profitent eux aussi de cette observation.

Râle de Virginie

C'est quand même fou. Alors qu'on pourrait penser qu'il se passe rarement quelque chose d'intéressant lors d'un Big Sit, puisque nous devons attendre que les oiseaux viennent à nous, nous avons toujours eu de belles observations, qu'on n'aurait peut-être même pas eu si nous avions décidé de faire plusieurs centaines de kilomètres pour aller chercher nos oiseaux.

Même chose pour cette Paruline du Canada, qui fut passablement coopérative et qui nous a permis de prendre toutes les photos que nous voulions.

Paruline du Canada

Sinon, grâce un Moucherolle des saules et un Héron vert en toute fin d'après-midi, nous avons atteint la marque de 74 espèces, ce qui représente quand même notre pire total, ex-aequo avec l'année dernière. Les vents du nord lors des deux journées précédant le Grand Défi n'ont sûrement pas aidé. Les parulines ont été observées au compte-gouttes. Et le niveau d'eau n'a finalement pas été un facteur positif pour nous si on se fie au faible nombre d'espèces d'oiseaux aquatiques observées. Probablement qu'avec toute la quantité d'eau disponible dans la région, les canards n'étaient pas aussi concentrés qu'à l'habitude dans le marais adjacent à notre site d'observation. Quant à la date, on ne peut faire autrement que de noter que nos deux pires années (2016, 2017) ont été réalisées à la fin du mois (19-21 mai) alors que nos meilleures années ont toutes été réalisées un peu plus tôt (9-15 mai). Nous aurons donc de belles réflexions pour savoir si nous maintenons le grand weekend de mai l'an prochain (18-19 mai 2018) ou si nous essayons une semaine plus tôt (11-12 mai 2018). Il faut toutefois dire que ç'aurait été impossible de le faire plus tôt cette année puisque le bac à cable n'a été mis en opération qu'à compter du 17 mai.

Moucherolle des saules

Héron vert

Vous pouvez voir en cliquant ici la liste complète des espèces observées lors de cette dernière édition du Grand Défi des Iris matures ainsi que des éditions antérieures.

Merci à tous ceux qui nous ont permis d'amasser 989 $ pour la protection des oiseaux du Québec. Pour les autres, il n'est pas trop tard pour bien faire. Vous avez encore quelques jours pour nous aider à atteindre notre objectif de 1 750 $ et peut-être même à le dépasser. Vous pouvez nous soutenir en cliquant sur ce lien :
https://quebecoiseaux.org/index.php/fr/gdqo-equipes/gdqo-mon-equipe?view=teamcontributions&id=294.

La traditionnelle photo avec l'affiche.

Merci aussi à mes coéquipiers, Denis Henri, Michel Préville et Léa Bernier-Lalonger, avec qui on a toujours autant de plaisir à compter les oiseaux pendant 24 heures. Merci aussi à tous les visiteurs qui sont venus nous encourager sur « notre » tour d'observation. Et merci aussi à l'équipe du Parc national des Îles-de-Boucherville, qui nous a encore donné cette année une permission spéciale pour passer la nuit à la tour d'observation et qui nous donne chaque année un coup de main au niveau logistique.

On a déjà hâte à l'année prochaine!

Paruline jaune

vendredi 19 mai 2017

Dernier rappel pour le Grand Défi des Iris matures

C'est à compter de ce soir 18h que débutera le Grand Défi des Iris matures, à la tour d'observation du Parc national des Îles-de-Boucherville pour une 6e année consécutive. Nous avons eu bien peur avec les inondations des dernières semaines, mais la tour est de nouveau accessible depuis quelques jours.


En compagnie de Denis Henri, Michel Préville et Léa Bernier-Lalonger, nous allons tenter de battre notre record de 81 espèces. Au cumulatif des 5 premières éditions, nous avons observé un total de 128 espèces seulement depuis la tour d'observation. Si seulement les astres pouvaient s'aligner pour que toutes ces espèces passent ce soir et demain...!

Nous sommes peut-être un peu masochistes mais nous allons encore passer la nuit à la tour d'observation afin d'être certain de ne rien manquer, malgré le tout petit 5 degrés prévu pour cette nuit.

Cette édition aura aussi une signification toute particulière pour moi. Ma mère est décédée il y a à peine 15 jours, et elle aurait fêté son 60e anniversaire de naissance aujourd'hui même. Je penserai donc à elle en regardant l'étoile la plus brillante dans le ciel cette nuit.

Encore cette année, le Grand Défi fera partie de la programmation du festival Oiseaux en vue. Pour l'occasion, plusieurs animations et activités en lien avec les oiseaux seront offertes aux visiteurs du parc. Le bac à cable sera en opération à compter de demain matin 9h, vous donnant accès à l'île de la Commune et à la tour d'observation. Venez nous voir!

Si vous voulez nous encourager, vous pourrez faire un petit don sur place. Sinon, il est toujours possible de faire un don en ligne sur le site du Grand Défi : https://quebecoiseaux.org/index.php/fr/gdqo-equipes/gdqo-mon-equipe?view=teamcontributions&id=294.

Au plaisir de vous rencontrer demain! :)

mercredi 26 avril 2017

Voyage à Cuba - novembre 2017


C'est maintenant officiel, je vais guider en novembre prochain un voyage ornithologique à Cuba! La formule est un peu différente des circuits ornithologiques traditionnels puisque nous demeurerons au même hôtel durant toute la durée du voyage, sauf pour une nuit en bordure du fameux Parc national Alejandro de Humboldt. Nous visiterons aussi le Delta de Cauto ainsi que le Parc national de La Mensura, des sites habituellement plus difficiles d'accès lorsqu'on voyage en formule tout-inclus à Cuba. Cette formule s'avère aussi être un compromis fort intéressant pour les ornithologues qui voyagent en couple avec leur conjoint(e) qui s'intéresse peut-être un peu moins aux oiseaux.

Pour information : http://jaimecuba.com/cuba-verte/observation-doiseaux/

vendredi 7 avril 2017

Grand Défi QuébecOiseaux 2017

Je vous sollicite habituellement plus tôt pour le Grand Défi QuébecOiseaux, mais j'attendais cette année que le printemps se soit installé pour de bon. C'est maintenant chose faite, du moins je l'espère!

Je passerai donc encore 24 heures à la tour d'observation du Parc national des Îles-de-Boucherville les 19 et 20 mai prochain, en compagnie de Denis Henri, Michel Préville et Léa Bernier-Lalonger, pour essayer de compter le plus d'espèces d'oiseaux et amasser des fonds pour financer des projets de conservation. L'emphase sera mis cette année sur la protection des oiseaux de rivage, un groupe d'espèce dont l'abondance a dramatiquement chuté dans les dernières années. Pour ceux qui ne connaissent pas l'activité, vous pouvez voir une capsule tournée par l'équipe de tournage de Fou des oiseaux avec nous il y a deux ans : http://unis.ca/fou-des-oiseaux?e=7w90wruxh0y9s.

Je sollicite donc encore votre appui pour amasser un montant appréciable, d'autant plus que je suis en compétition cette année contre madame Sophie Thibault! ;)

Vous pouvez contribuer par un montant fixe (5 $, 20 $, 100 $, etc.) ou selon notre performance (0,50 $ par espèce observée, 1 $ par espèce observée, 2 $ par espèce observée, etc.). Évidemment, c'est toujours plus stimulant la journée du Grand Défi lorsque nous avons accumulé un bon montant associé à notre performance! Je m'engage moi-même à verser 2 $ pour chaque espèce observée. Bon an mal an, nous observons environ 80 espèces lors de cet événement.

Les personnes intéressées à contribuer n'ont qu'à visiter notre page d'équipe du Grand Défi (Les Iris matures), à cliquer sur le bouton « Appuyer » situé à droite de mon nom et à remplir le petit formulaire de contribution.

À noter que tous les donateurs courent la chance de gagner des prix, dont un forfait « Nature gourmande » pour deux personnes à la Station touristique Duchesnay.

N'étant pas considéré comme un organisme de bienfaisance, le Regroupement QuébecOiseaux ne peut malheureusement pas émettre de reçu pour fins d'impôt. À noter toutefois que si vous avez une entreprise, il est possible de nous commanditer plutôt que de faire un don, ce qui peut avoir pour vous certains avantages au niveau fiscal.

Je vous invite du même coup à venir nous rendre visite lors de cette journée. Nous serons sur place le 20 mai . C'est toujours plaisant d'avoir des visiteurs, et du même coup, nous aurons une boîte pour récolter les dons. Le parc national des Îles-de-Boucherville profitera d'ailleurs de cet évènement pour offrir aux visiteurs diverses activités spéciales en lien avec les oiseaux (festival Oiseaux en vue).

Dernier point, si vous connaissez des gens dans votre entourage qui s'intéressent aux oiseaux ou qui cherchent des causes à appuyer, ne vous gênez pas pour leur faire suivre mon message! Selon un sondage fait par la firme SOM, une personne sur trois s'intéresse de près ou de loin à l'observation des oiseaux!

Merci pour votre soutien, et à bientôt!

p.s. Si vous êtes sur Facebook, vous pouvez aussi nous suivre en vous abonnant à la page des Iris matures : https://www.facebook.com/irismatures.