samedi 13 mai 2000

Vive le mont Saint-Hilaire!

Aujourd'hui une excursion au mont Saint-Hilaire était organisée par des étudiants en biologie à l'UQÀM. Nous avons commencé notre journée vers 7h15, avec le club d'ornithologie présent sur le mont Saint-Hilaire. Notre excursion avec les étudiants de l'UQÀM s'est déroulée entre 10h00 et 16h00.

La plus belle surprise de la journée est... une PARULINE AZURÉE! Impossible de s'être trompé... tout d'abord, c'est son chant particulier qui nous a mis sur sa piste. Ensuite, la confirmation visuelle. Une collègue l'a vu au faîte d'un arbre. Moi je n'ai pas réussi à la voir... J'étais déçu! On a continué notre excursion jusqu'à l'heure du lunch. Comme on lunchait pas très loin de l'endroit où on l'avait entendu et vu (pour certains), j'ai décidé d'aller y jeter un petit coup d'oeil, au cas où. Maudit que j'ai bien fait! Elle était au même endroit mais se laissait regarder plus facilement. Elle se trouvait 20 pieds du sol... Je suis allé chercher Mireille et nous avons pu l'observer et l'entendre durant de très longues minutes. Impossible de se tromper : un superbe petit oiseau avec le dessus bleu et le dessous blanc. Et on a très bien vu son mince collier noir. On a pu l'observer très facilement durant de très longues minutes. Comme le mont Saint-Hilaire est un site très vaste, je vais donner l'endroit exact où on l'a vu les deux fois. C'est sur le sentier jaune entre le pré et la source. Si vous ne connaissez pas le site, juste vous présentez à l'accueil et ils vous indiqueront le chemin le plus près. Malheureusement, comme j'ai des cours d'écologie à Saint-Michel-des-Saints du 4 juin au 21 juillet, je ne pourrai voir si elle y nichera ou pas... 

En quittant, nous sommes allés faire un tour au pied de la falaise Dieppe pour voir si le Faucon pèlerin nous ferait honneur de sa présence. Il l'a bel et bien fait, et d'une manière assez spectaculaire... Il est passé très près de nous à très basse altitude, a continué vers une zone résidentielle, a traversé une rue (à environ 6 pieds du sol), a failli se faire frapper par une auto (le mont Saint-Hilaire aurait perdu sa vedette!), pour finalement aller se poser dans un conifère sur une propriété privé à environ 30 mètres de nous... Il est finalement partis, houspillé par une multitude de quiscales, carouges, tyrans, etc... 

Et finalement, on a fini notre journée en scrutant les champs entre la rue de Touraine et la 20 à Boucherville, pour y découvrir une Maubèche des champs. Très peu farouche, elle s'est approchée très près de l'auto... Durant la journée entière donc, 68 espèces.